Urho Kekkonen, Laponie finlandaise - Mars 2020
9 jours de raid à ski pulka

Mardi 15/10/2019, 21h44, SMS de Célia : "Vous auriez la possibilité de laisser Antoine une quinzaine de jours pour faire un raid à ski-pulka en Laponie finlandaise ?" 21h 46, réponse d'Elodie : "Oui ! On part quand ?" 21h48, réponse de Stéphane : "Oui ! c'est quoi les dates exactes ?"

Et c'est parti pour 5 mois de préparation pour un raid à ski de 9 jours en "semi-autonomie" ("semi" car nous allons tout de même dormir en dur dans des huttes pour cette première dans le froid du grand nord finlandais, faut pas exagérer ... déjà que nous n'avons jamais fait de ski de randonnée nordique avec une pulka aux fesses !) :  garde d'Antoine, billets d'avion, itinéraire, traces GPS, commande de cartes, achats de vêtement "grand froid", quantité de nourriture à prendre... la liste est longue !

Le raid aura lieu dans l'un des parcs nationaux le plus au nord du pays : Urho Kekkonen National Park. Pourquoi ? Parceque Simon l'a dit ! Un des premiers reflexes a été de vérifier les températures moyennes du coin, là-bas, vers la mi-mars, période de notre voyage. Environ -20°C mini et 0°C maxi. Bon ! Enfin un voyage au cours du lequel nous allons pouvoir prendre du beurre pour agrémenter nos repas ... et prendre un max de calories !

Question organisation, nous partons avec un pro : Simon. Question photos, nous partons avec une autre pro : Célia. Enfin un voyage "aventure" cool niveau préparation ? Pas vraiment, nous n'avons pas l'habitude de partir dans de telles conditions climatiques, et ça change pas mal la donne. Euh ... on fait quoi si ça descend à -30°C ? Nous prenons des infos, nous renseignons et sommes tous d'accord pour multiplier les couches de vêtements pour s'adapter à toutes les températures ... qui devraient tout de même rester négatives tout le voyage !

Voici l'itinéraire suivi :

La trace de l'étape sur Google Map   Le profil de l'itinéraire    Téléchargement du fichier .kmz  Téléchargement du fichier .gpx

 

- Distance totale : 128 km au GPS

- Jours de skis : 9

- Moyenne journalière : 14,2 km

- Dénivelé positif : + 1760 m environ

- Logements : 100% huttes du parc !

- Matériel : Skis de randonnée "Backcountry" finlandais, deux pulkas et deux sacs à dos

 

Vendredi 13 mars 2020 : Kiilopää - Suomunruoktu

14,1 km, +200 m, -230 m, 5h29

La trace de l'étape sur Google Map   Le profil de l'étape    Téléchargement du fichier .kmz  Téléchargement du fichier .gpx

J'ouvre un œil, je tire les rideaux de la chambre de l'auberge de jeunesse et comme prévu … c'est la grosse tempête ! Gloups ! Bon, nous avons beaucoup de choses à faire avant de prendre le départ, chaque chose en son temps. Direction le petit-déjeuner. Il est situé dans le bâtiment principal. Nous y rencontrons un des gardiens du parc. Il nous met en garde sur le temps de ce matin. Il nous dit aussi que ça devrait aller en s'améliorant... comme nous l'avions vu sur la météo. Nous parlons des conditions actuelles dans le parc (lacs gelés, rivières...). Il nous met en garde : « vous savez, à un kilomètre d’ici, c’est la nature sauvage … pas plus tard qu’hier, nous avons secouru des personnes en moto neige … » ! Bah oui, c'est pour ça que nous sommes là ... enfin pour la nature sauvage, pas pour les secours en moto neiges ! Bon, nous notons notre parcours sur le registre. Ensuite direction le magasin de location. Nous y laissons tout l'équipement et allons organiser nos sacs près des chambres. Dehors le vent souffle et la neige forme des congères. -7°C au thermomètre, -14°C en ressenti selon la météo. Nous revenons charger les pulkas et prendre en main le matériel. Avec le vent, les congères et la neige soufflées, je me trompe de chemin pour aller au magasin. Ca promet ! Nous recroisons le gardien du parc au moment où nous demandons comment se met le harnais de la pulka ... nous l'avions mis à l'envers... la honte... il en profite pour nous dire que les barres de traction doivent être montées croisées … histoire de ne pas partir de travers dans les descentes … Ok merci, perso, je ne le savais pas. Nous n'attendrons pas 14h et l'accalmie pour partir. Nous avons tout de même 14km à faire et ne savons pas à quelle vitesse nous allons avancer. Ce serait bête de ne pas arriver à la hutte avant la nuit dans ces conditions … Nous nous retrouvons sous l'arche de l’entrée officielle du parc et c'est parti ! Le début est une longue montée progressive entre neige soufflée et congères. Température ressentie selon la météo : toujours -14°C et neige. Nous devions commencer par des pistes de fond damées... mais avec ce temps... aucune machine n'est encore sortie, le gardien l'avait dit. Finalement, le début n'est pas si désagréable. C'en est même grisant quand nous arrivons plus à découvert, un peu en altitude, avec les premiers paysages de la Laponie finlandaise : forêts et étendues enneigées à perte de vue. Non loin de notre trace, nous rejoignons un abri de jour pour une première pause. Et là, première erreur. Non seulement l'abri est fermé mais nous décidons de nous y arrêter quand même, côté opposé au vent, à l’abris de la cabane. Mais ceci n'est pas suffisant. Nous sommes mal organisés. Enlevons les skis. Mettons longtemps à les remettre. Bref, nous nous refroidissons très rapidement. Trop rapidement. C'est un peu angoissant en fait. Nous repartons au plus vite. Pour reprendre la trace, nous faisons un bout de chemin vent de face. Nous nous rendons compte que nous avons de la chance d'avoir le vent derrière nous. Nous nous rendons compte aussi que ça va beaucoup mieux une fois en mouvement. C'est l'un des enseignements très importants. Toujours rester en mouvement par ce froid. Nous ne l'oublierons plus jamais pour le reste du voyage. D'ailleurs, nous verrons les rares personnes rencontrées, souvent des finlandais, faire leur pose debout, 5 min pas plus et repartir. Nous ferons pareil, sauf temps exceptionnel, genre grand beau et -5 /-7 degrés (comme c'est prévu demain). Nous terminons cette première montée et avons une vue magnifique, inhabituelle pour nous, français des Alpes ! Puis c'est la descente, le vent se calme. Il se calme d'autant plus que nous regagnons la végétation dans la vallée. Derrière, nous voyons un groupe de quatre skier dans la même direction. Ils sont tous par terre dans la descente ! Nous croisons un nouvel abri. Le temps est maintenant plus clément. Nous nous arrêtons un peu mais pas longtemps. Nous arrivons vers 18 h à la hutte. Le soleil se couche. Il y a deux parties dans les huttes. "AUTIOTUPA" et "VARAUSTUPA". Nous ne nous rappelons plus quelle est la partie « pour ceux qui ont réservé » et celle « pour ceux qui arrivent à l’arrache sans réservation comme nous». Nous nous renseignons. Tout de suite, des finlandais de la partie "VARAUSTUPA" nous disent qu'ils repartent pour Kiilopää ce soir ! 18h ! Ah ouais d'accord ! Warriors ! D'ailleurs ils ont des grands skis blancs et des bottes, typiques des gens du coin. Il y en avait au magasin de location. Ils ne nous ont pas été proposés ! Bon, côté « sans réservation », c'est assez plein. Déjà sept personnes sur place (les quatre tchèques en skating, c’est pour ça qu’ils étaient toujours par terre dans la descente glacée, et un couple avec un ami qui tient la chandelle). Avec nous, ça fait onze pour huit places théoriques... avec le poêle à fond, nous n’allons pas avoir froid !!!

 

Samedi 14 mars 2020 : Suomunruoktu - Tuiskukuru

13,0 km, +200 m, -210 m, 5h52

La trace de l'étape sur Google Map   Le profil de l'étape    Téléchargement du fichier .kmz  Téléchargement du fichier .gpx

Ca se bouscule ce matin pour faire chauffer le petit déj ! Nous préparons les affaires comme nous pouvons, coincés entre les tchèques. Encore pas très bien organisés (enfin nous, pas Simon et Célia), nous mettons un peu de temps. Nous chargeons et c'est parti. Nous commençons doucement dans la forêt. Ce matin, il fait grand beau et -10°C, parfait. Contrairement à la veille, nous empruntons des traces (celles des tchèques partis avant). C’est beaucoup plus facile ! Pas de chemin à chercher, moins d'efforts à faire dans la poudreuse, il faut juste vérifier que la trace suivie va dans la bonne direction ! Pour l’instant, ça va. Ensuite, elle s'élève doucement puis devient plus raide. C'est le moment pour les filles de mettre les peaux … et nous de tirer comme des malades pour faire monter les pulkas. Là, il faut ouvrir un peu les polaires et les parkas histoire de ne pas transpirer. En effet, à l'arrêt, nous aurions d'autant plus froid. Au sommet, c'est splendide. Ciel bleu et arbres enveloppés de neige ou simplement surmontés d'un petit chapeau de glace. Nous suivons un bon moment une crête et évoluons dans un paysage magnifique. Au loin, deux monts ressemblant au mont Fuji. A ce moment, les deux finlandais d'hier, qui repartaient en sens inverse de la hutte de Suomunruoktu pour dormir (on ne sait où d’ailleurs) nous doublent. A un moment, ils lâchent la trace des tchèques pour partir en poudreuse. Je décide de les suivre, ça me paraît plus direct ... sauf qu’à un moment, ils s'arrêtent pour une pause. Nous devions faire de même. Du coup, pas très fair-play, nous nous arrêtons juste derrière eux, histoire de ne pas passer devant et faire la trace en repartant ! Malin non ? Nous descendons ensuite sans encombre à Tuiskukuru. Ce soir, nous avons la partie réservable rien que pour nous ; sauf qu'en voulant ouvrir la porte avec la seule clef que nous avons (donnée pour deux huttes réservées) nous n’y arrivons pas. Coup de chance, nos deux copains finlandais font une petite pause à coté dans la partie non réservable. Nous leur demandons et ils nous confirment que normalement, il n’y a bien qu'une clef pour toutes les huttes. L’un d'entre eux nous prend la clef et essaie d’ouvrir. Pas de problème ! Ca s'ouvre ! Quel bonheur ce soir. Seuls dans la hutte, c’est soirée crêpe. -27°C ce soir. Personnellement, c’est un nouveau record de froid. Ciel dégagé. Mais pas d'aurores boréales. Ca « pique » les fesses aux toilettes ! La sécurité serait d'y aller à deux, histoire de ne pas se retrouver en difficulté, seul dans le froid. Les poutres des petits chalets sont assez basses et nous aurions vite fait de nous assommer malencontreusement sur l'une d'entre elle. C'est déjà arrivé parait-il ... Pas bon par -27°C ...

 

Dimanche 15 mars 2020 : Tuiskukuru - Luirojarvi

9,2 km, +150 m, -160 m, 3h47

La trace de l'étape sur Google Map   Le profil de l'étape    Téléchargement du fichier .kmz  Téléchargement du fichier .gpx

Ce matin, nous sommes déjà mieux organisés pour le rangement et le chargement. Nous sommes prêts à 9h30 pour cette petite étape de 8 km, avec sauna à l'arrivée !!! Mais faux départ... à peine après avoir accroché mon harnais, ma barre gauche de traction tombe. La corde est sectionnée nette à la base de la pulka. LA GROSSE GALERE !!! 1h30 pour réparer. Nous utilisons pour cela une des cordes apportées par Simon. Elles étaient initialement destinées à orienter les pulkas par l’arrière dans les dévers en cas de besoin. Celle-ci servira à la réparation. La difficulté est de la faire passer par le tuyau à travers duquel il y a l'air d'avoir une restriction. Pour cela nous utilisons un bout de ficelle et toute sorte de cordes plus fine trouvée dans la hutte. Celles-ci passent. Nous l’attachons donc au bout la corde de secours pour pouvoir la tirer (avec un fil de fer, ça ne fonctionne pas). Nous réussirons avec un nœud entre les deux cordes. En fait, la restriction venait de l'embout plastique de protection de la barre de traction qui s'était détaché et qui était resté dans le tube. Réparé ! Ouf ! Il est 11h. Pour l'ascension du Sokosti (point culminant du parc) cet après-midi, c'est mort ! Par contre, à notre arrivée, nous nous empresseront de faire chauffer le sauna ! Je ne pensais pas que ça chaufferait si bien ! Mieux qu'un sauna en ville ! Bien mieux. Ce soir, seule une française nous rejoint à la hutte. Elle est dans la partie « non réservable ». Nous sommes dans la partie « réservable ». Même si ce n'était encore pas nécessaire de réserver, c’est quand même pas mal, rien que pour les matelas et oreillers fournis !!! Au final, belle journée commencée par une grosse galère, mais terminée en beauté.

 

Lundi 16 mars 2020 : Luirojarvi - Hammaskuru

13,7 km, +160 m, -120m, 6h16

La trace de l'étape sur Google Map   Le profil de l'étape    Téléchargement du fichier .kmz  Téléchargement du fichier .gpx

De mieux en mieux organisés, nous sommes prêts pour le départ à 9h30 ce matin. Pas de soucis technique cette fois. C’est parti. La française est partie légèrement avant nous. Assez vite, nous la rattrapons. Non seulement parce que nous avons suivi sa trace mais aussi parce qu'à la carte et à la boussole, elle a besoin de s'arrêter souvent pour faire un point sur sa position. A ce moment nous décidons de laisser sa trace pour rester à flanc de colline et ne pas trop monter en altitude. A partir de maintenant, et pour les douze prochains kilomètres, nous ferons la trace dans la poudreuse (environ 40 cm avec les skis). Aucune personne devant nous aujourd’hui. Nous nous enfonçons dans le parc et nous ne croiserons personne de la journée sur les skis. Nous passons un premier col. Superbe ! Dès que nous sortons des forêts et que l'on prend un peu d'altitude, nous pouvons contempler les sommets alentours (dont le Sokosti a notre gauche) et les étendues sauvages à perte de vue. Les couleurs du ciel sont aussi très belles. Dans la montée au col, le vent se lève. Nous l'avons dans le dos. Nous voyons la neige soufflée filer devant nous, comme dans les films d’aventure dans le grand nord ! C’est magique ! A cet endroit, bien sûr, la neige est plus dure, ce qui facilite la montée. Nous basculons au col et descendons par un petit goulet bien sympa, a l'abris du vent de ce côté. Pour la première fois je ressens la chaleur du soleil. Nous rejoignons un abri à bois pour la pause de midi. Il fait -4°C à ma montre. Nous sommes bien. Nous pouvons même nous asseoir sur les pulkas pour faire une vraie pause. Généralement, nous faisons nos pauses "snack" debout et pas plus de 5 - 10 minutes pour ne pas trop nous refroidir. Ici, pour la pause de midi, c’est plus confort ! Plus loin, dans la forêt, nous croisons de nombreuses traces que nous prenons d'abord pour des skieurs. Très vite nous regardons de près et elles tournent autour des arbres, nous pensons que ce sont des rennes. Effectivement, 10 minutes plus tard nous en apercevons un entre les arbres. Nous avançons sans bruit pour essayer d'en apercevoir d'autres. En vain. En fin de journée, je passe devant pour faire la trace que je n'ai pas encore faite aujourd’hui. C’est assez grisant. Je tombe pile sur le refuge. Arrivés pour ce soir. Avec Julie qui nous accompagne. Routine habituelle, déchargement, feu, eau (fonte de la neige qui prend beaucoup de temps) et soirée crêpe !!! En fin d'après-midi, nous avons la visite d'une moto neige au refuge. Elle va vers le Nord et va nous damer la trace pour la première partie de demain !

 

Mardi 17 mars 2020 : Hammaskuru - Muorravaarakka

12,4 km, +150 m, - 200 m, 5h01

La trace de l'étape sur Google Map   Le profil de l'étape    Téléchargement du fichier .kmz  Téléchargement du fichier .gpx

Départ matinal à 9h15 aujourd'hui. Temps gris. Julie nous quitte pour poursuivre son voyage seule. Elle retourne à Luirojarvi en pensant faire le Sokosti. Nous, nous poursuivons plein nord. Le début se fait dans les traces des motoneiges d'hier. Facile ! Mais après 1,5 km, elles bifurquent vers l'ouest. Ce n'est pas du tout notre chemin. Nous continuons vers le nord puis laissons le chemin évident qui reste dans une petite vallée haute pour poursuivre vers le nord et le col de la journée. Il se trouve à 440m. Comme à chaque fois, sur les hauteurs, en altitude, c'est superbe. A l’horizon, le ciel est gris, mais le contraste avec le blanc de la neige rend les paysages superbes. Au loin, des forêts à perte de vue et quelques sommets. Pour nous français, ils ressemblent à des collines ! Mais ici, il suffit d'y monter pour se rendre compte qu'ils n'ont rien à envier à nos sommets de 2000 m dans les Alpes, juste au-dessus des arbres. Nous redescendons progressivement de ce col vers le Nord-Ouest pour ne pas perdre trop rapidement d'altitude et rejoindre la vallée le plus tard possible. Il se met à neiger. En bas, nous sommes confrontés à notre première difficulté dû au relief. Habituellement très doux, nous sommes ici devant des gorges trop profondes pour y descendre à skis ni même à pieds. Pas de problème nous faisons demi-tour et les contournons par l'Ouest. Aujourd’hui, je navigue à la carte et à la boussole. Plutôt intéressant. Pour descendre, c’est assez chaud. Nous sortons la corde pour maintenir la pulka de Simon dans le dévers. Pour la mienne, ça passe en escalier avec la pulka en aval. Il y a une quinzaine de mètres à descendre comme cela. Nous regagnons ensuite la vallée et la forêt où nous prenons une pause, debout, car il neige toujours. Il fait environ -2°C, donc assez doux. Le reste de la journée se termine en longeant la rivière jusqu'à la hutte. La neige est moins profonde qu'hier. En arrivant, il y a des traces qui partent vers le nord. Notre route de demain. C'est bon signe, demain, nous suivrons peut-être une trace déjà faite ! A l'arrivée, tâches routinières, déchargement, feu et eau.


 

Mercredi 18 mars 2020 : Muorravaarakka - Sarvioja 

19,0 km, +100 m, - 60 m, 7h41 

La trace de l'étape sur Google Map   Le profil de l'étape    Téléchargement du fichier .kmz  Téléchargement du fichier .gpx

Ce matin, nous partons un peu plus tôt que d'habitude. Une grosse étape nous attend. 19 km. Par contre, ce devrait être en vallée. Nous allons en descendre une vers le nord et en remonter une autre vers le sud-ouest. En début de journée, nous suivons une trace de skieurs « sac à dos ». Ensuite, nous retrouvons une super trace de skieurs « pulka ». Elle a deux ou trois jours car elle est bien recouverte ; mais nous sentons la différence quand nous sommes dessus. Le fond de neige est plus dur. Ca glisse mieux. Ca m'amuse d'essayer de la suivre et de la deviner quand elle est soufflée partiellement. Mieux, quand elle disparaît complètement, le jeu est d'essayer de deviner par où est passé le skieur pour la retrouver plus tard. Nous gagnons assez souvent. Nous prenons de l'expérience ! Nous observons aussi beaucoup de traces d'animaux. Même si on peut imaginer le ski et le déplacement monotone, c’est faux, il y a toujours quelque chose à observer ou à faire dont s'orienter, trouver la trace idéale, prendre des photos, s'alimenter, boire, faire attention à ne pas transpirer pour ne pas avoir froid lors des arrêts, etc ... En fin de matinée, j'essaie d'enlever les peaux. C'est pas mal, surtout en descente. Par contre en montée, avec la pulka, c'est difficile. Pour le relief d'aujourd'hui, ça ira. A midi, nous nous arrêtons en plein soleil après une traversée de rivière au moment du changement de vallée. Il fait presque chaud ! Pour la première fois, nous avons des températures positives. En début d'après-midi, nous retrouvons une trace de moto neige toute récente. Puis une moto neige nous double ! La trace est bien damée. Ca glisse fort ! Nous avançons tout droit vers l'ouest et le soleil pleine face. En fin de journée, la trace de la moto neige tourne à gauche et traverse la rivière, ce que nous ne devrions pas faire par rapport à l'emplacement du refuge. Bizarre. Mais nous ne pouvons imaginer que la moto neige, en étant si proche d'un refuge n’y passe pas. Mais en fait ce sera le cas. Elle part définitivement dans une autre vallée. Un peu bête de faire machine arrière. Il faut maintenant passer deux rivières pour retrouver notre refuge. Ce n'est pas si difficile car elles sont relativement fermées. Il faut tout de même s'employer pour trouver des ponts de neige passables. De plus, nous devons faire un peu de dénivelé pour passer définitivement dans notre vallée. Cela a pimenté notre fin de journée. Nous voici arrivés. Personne au refuge. Installation habituelle.

 

Jeudi 19 mars 2020 : Sarvioja - Porttikoski

15,2 km, +150 m, -250 m, 5h54

La trace de l'étape sur Google Map   Le profil de l'étape    Téléchargement du fichier .kmz  Téléchargement du fichier .gpx

Aujourd'hui nous partons vers 8h50. -5°C au thermomètre de la hutte mais couvert et un peu humide. En début de journée, nous avons un col à passer avec pas mal de dénivelé en peu de distance. Mais avant, nous faisons deux kilomètres dans la vallée. Quand nous le jugeons bon, nous obliquons vers la droite pour commencer à monter progressivement en diagonale et regagner le col. Nous nous en sortons très bien et atteignons le point haut. Photos et descente dans la vallée suivante. Nous prenons soin de ne pas perdre trop d'altitude rapidement pour profiter d’une légère descente en oblique. Soudain, sur notre gauche, un renne ! Superbe. Nous ne l'avons pas vu venir car il n'y avait aucune trace depuis le col. Nous atteignons ensuite le fond de vallée. La neige y est beaucoup plus profonde. Pas facile. Nous retrouvons une trace assez récente. Il doit s'agir des quatre tchèques car ce sont des traces de skieurs avec sac à dos et non avec une pulka. Du coup, comme les traces sont profondes, la neige restante entre les traces rend la progression avec la pulka pas si facile que ça ! Mais ca passe... nous faisons notre deuxième pause debout car le temps n'est pas au top. Pour la fin de l'étape, nous rejoignons une trace de 3 motos neiges qui nous mèneront tout droit à la hutte de ce soir, Porttikoski. Superbe, en bord de rivière légèrement ouverte, avec, nous espérons, de belles vues sur les aurores boréales au nord ce soir...

 

Vendredi 20 mars 2020 : Porttikoski - Lankojarvi

L'étape : 5,9 km, +20 m, -0 m, 2h36

La trace de l'étape sur Google Map   Le profil de l'étape    Téléchargement du fichier .kmz  Téléchargement du fichier .gpx

Le sommet "Lankopää" : 6,2 km, +220 m, -220 m, 2h13

La trace de l'étape sur Google Map   Le profil de l'étape    Téléchargement du fichier .kmz  Téléchargement du fichier .gpx

Nous n'avons que 5 km aujourd'hui ! Nous prenons notre temps. Sous le soleil, nous faisons des séances photos ! Nous retrouvons les traces des quatre tchèques ; toujours aussi en zig bag... et loin de la rivière dont ils ont l'air d'avoir peur ... mais aussi la trace de Pierre Bouhours, que nous n'avons jamais rencontré, mais dont nous lisons les passages dans les notebooks des huttes. Nous la reconnaissons car il est en pulka. Nous croisons ensuite trois motos neige. Nous nous rapprochons de la civilisation ! Peu avant l'arrivée, nous devons jouer avec les rivières et les ponts de neige avant d'atteindre le lac et de tirer tout droit sur la hutte. Arrivée à midi ! C’est l'occasion de se faire un déjeuner chaud. Purée mousseline / beurre / chorizo / saucisson. Hyper bon ! Oui nous avons pris du beurre ! c’est bien le premier voyage en itinérance où l’on se permet ce luxe. Chaque soir à l’arrivée, il est gelé ! Très bonne conservation ! Pour l'eau, aujourd’hui, pas la peine de faire fondre de la neige, c’est assez long comme cela. Il y a une ouverture sur le lac. Nous l'agrandissons à la hache (ça reglace aussitôt !) et remplissons le seau. Nous faisons tout cela a ski, histoire de ne pas s'enfoncer. Il serait impossible ou trop fatigant d’y aller à pied, surtout au retour, avec un seau plein d’eau ! L'après-midi, comme il fait toujours aussi beau, nous repartons pour un sommet : Lankopää, 400m pour environ 200 m de dénivelé et 6 km aller-retour de la hutte. Ca vaut le coup avec une vue sur tout le parc au sommet. Descente super agréable menée par Celia par un vallon. Retour à la hutte pour une dernière soirée typique dans une hutte (tarots, jeu des cochons, dîner lyophilisés) ... en espérant que personne n'arrive dans la partie non réservable dans laquelle nous sommes en cette fin d'après-midi.

 

Samedi 21 mars 2020 : Lankojarvi - Kiilopää

18,7 km, +410 m, -280 m, 6h13

La trace de l'étape sur Google Map   Le profil de l'étape    Téléchargement du fichier .kmz  Téléchargement du fichier .gpx

Départ matinal. - 28°C. Record égalé. Et contrairement aux autres températures extrêmes rencontrées, souvent le soir, cette fois, nous allons devoir l’affronter sur les skis, en ce début d’étape. Nous nous équipons à l'intérieur et mettons les skis au plus vite pour partir et se mettre en mouvement sans perdre de temps. Ne pas s'arrêter en ce début de journée ! Les chapkas et cache cols givrent devant nos expirations. L’important est de garder tout cela sur la tête pour « emprisonner » la chaleur générée par notre souffle et la conserver près du visage. Une heure après, le soleil pointe. Ca va mieux. Nous suivons toujours les traces des moto neiges d'hier. Cela nous facilite la tâche. Nous arrivons vite eu refuge de Rautulampi qui a brûlé cet hiver. Il y a une petite tente qui le remplace dans laquelle nous nous installons pour la pause. A cet endroit, nous rattrapons les pistes entretenues de Kiilopää (pour l'instant est présente uniquement une trace de ski de fond faite à la moto neige). Nous sommes sortis de la forêt et prenons de l'altitude. Du coup, le vent forcit. Nous ressentons d'autant plus le froid, toujours bien présent malgré le soleil. Nous bifurquons ensuite sur de "vraies" pistes de ski de fond pour regagner une refuge « café » Luulampi. Il est fermé ! Tant pis, nous y entrons mais pour un déjeuner habituel de ces neufs derniers jours, pain d'épice / saucisson ... pas de steak de renne pour cette fois. En repartant, un finlandais nous informe de la situation sanitaire en Finlande par rapport au Coronavirus (Covid-19). Apparemment, Kiilopää et les stations de ski finlandaises ferment dès lundi. Pour aujourd’hui, nous devrions avoir un bus pour l'aéroport. Ca va être chaud ! Nous finissons cette dernière étape en beauté par une montée vers un point haut à 500 m d'altitude. Le paysage est dénué de végétation. Dans le vent, nous nous prenons pour de vrais aventuriers du grand nord ! La descente est rapide vers Kiilopää.

 

 


 

Navigation dans les a pied : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16