Waitukubuli National Trail - Janvier 2012
La traversée de La Dominique

 

Carte du WNTLe Waitukubuli National Trail est LE grand trek des Antilles. Le WNT est un itinéraire sauvage de 184 km traversant l'île de la Dominique du Sud au Nord. A travers la forêt tropicale, il passe par des montagnes, des volcans, des rivières, des cascades et par les côtes découpées de l'île.

Le tracé est tout nouveau ! Il a été finalisé en 2010 ... enfin c'est la version officielle. Nous avons aussi entendu dire qu'il manquait quelques ponts ... nous verrons bien !

La Dominique, l'île nature !

La Dominique est située entre la Guadeloupe et la Martinique. Ne pas confondre avec la République Dominicaine ... ce n'est pas vraiment le même style. Ici, c'est plutôt forêt tropicale, volcans, nature et randos !

L'île est petite, 46 km de long et 25 km de large, mais présente 11 montagnes volcaniques, 6 variétés de forêts tropicales, 162 espèces d'oiseaux, 1200 plantes recensées, des sites naturels uniques (le 2ème plus grand lac bouillant au monde) et une nature restée intacte !

Elle abrite 3 parcs nationaux : le parc national des Cabrits, le parc national du Morne Diablotin et le parc national de Morne Trois Pitons. 60% de la surface de l'île est couverte par la forêt tropicale.

La Dominique est "l'île aux 365 rivières et 30 chutes d'eau" ! Plus de 500 km de sentiers conduisent à des sites remarquables : spas naturels, cascades, lac bouillonnant... nous, nous emprunterons le Waitukubuli National Trail, la traversée intégrale...

Waitukubuli National Trail

Le Waitukubuli National Trail est un itinéraire de randonnée de 184 km en pleine nature, divisé en 14 étapes de distance et difficulté très hétérogènes. Créé par le Gouvernement de la Dominique, en partenariat avec le Conseil Régional de la Martinique et financé par l’Union Européenne, il commence à la Soufrière dans le sud de l'île et se termine à Cabrits dans le nord.

Le chemin traverse le Morne Trois Pitons National Park (site classé patrimoine mondial à l’UNESCO), le territoire des indiens Caraïbes (Kalinagos), la Northern Reserve Forest et se termine au parc national Cabrits.

 

Voir la bande annonce du voyage !

 

Le profil de notre traversée de la Dominique !

La trace de notre traversée de la Dominique sur Google Earth !

 

Nous sommes revenus le 11 février 2012 après trois jours de road trip à la Martinique avant notre avion. 

Le trail nous a permis non seulement de découvrir la diversité des paysages en Dominique (volcan, littoral, forêt tropicale), mais aussi de rencontrer la population locale et de découvrir la culture rasta. Souvent, les étapes se sont terminées dans des villages. Nous avons aussi bivouaqué en hamac ... ou en vrac sous des tables de pique nique ! A découvrir pourquoi dans le récit ci dessous !

 

28 janvier 2012 – Transfert Martinique (Fort de France) – Dominique (Scotts Head)

0,5 km, +37  m, - 0  m

Le profil de l'étape

La trace de l'étape sur Google Earth

Aujourd’hui, transfert de la Martinique vers la Dominique en bateau. Lever 6h30 pour être à l’embarcadère de la compagnie « Express des îles » à 7h00 et prendre les billets. A l’enregistrement, c’est comme pour l’avion ! Nous refaisons donc un sac à enregistrer avec les objets susceptibles de provoquer un attentat : bâtons, opinel, cuillères en titane, .... 
A peine montés dans le bateau, direction les sacs plastiques … ça peut toujours servir. Et en effet, ça secoue bien, nous vous passons les détails … mais l’avantage du bateau est d’avoir une belle vue sur les côtes des deux îles ... enfin sauf quand on a la tête dans le sac  ... !

Nous débarquons à Roseau, la capitale de la Dominique, ancienne colonie anglaise indépendante depuis 1978, elle fait partie du Commonwealth., ce n’est pas du tout le même niveau de vie. Bonjour les rastas … et les rabatteurs à notre arrivée ! Direction l’office du tourisme pour savoir comment se rendre à Scotts Head, le départ du Waitukubuli National Trail. Nous retirons de l’argent après une rapide estimation des besoins pour les 10 prochains jours … car la présence d’ATM en dehors de Roseau et sur notre chemin nous est inconnue. Merci Madame Visa Premier. Au premier supermarché, nous achetons bananes et gâteaux.

Nous trouvons le « bus ». Il n’y a pas de transport public à la Dominique. Tout le monde peut s’acheter un petit van (15 places environ) et faire le « bus ». Il n’y a pas d’arrêt non plus. Il faut savoir que le « bus » pour Scotts Head est devant le supermarché, celui pour Watten Waven, devant le jardin botanique etc… c’est bien sûr évident ! Le trajet est haut en couleur eu milieu des mamas avec leurs cabas de course et des rastas.

Arrivés à Scotts Head, nous comprenons pourquoi il y avait tant de provisions dans le van ! Il n’y a rien du tout dans ce bled !!! Un ivrogne de rasta nous accueille. Pas très agréables pour l’instant ces gens là.  Bref, nous demandons « l’Ocean View appartment », guest house indiquée dans un dépliant de l’OT. La propriétaire nous y accueille, très sympa, anglaise d’origine. Nous nous installons dans une grande chambre tout confort !

Nous déjeunons chez « Roger’s », une figure locale. Son boui boui est dans tous les dépliants. Apparemment, il fait parti des grands restos de l’île ! Ah Ah Ah ! Ca donne un aperçu de ce que l’on va manger sur l’île. A mon avis, dès demain, on entame les 4 jours de bouffe apportés de France ! Eh Eh Eh !

Baignade en mer sous les cocotiers, balade (nous faisons les 500 premiers mètres "officiels" du trail) , visite du jardin de « l’Ocean View appartment » et diner (pâtes + boîte de sardines à la tomate trouvées à l’arrache sur un étale caché dans une maison, le magasin en fait ;-) 

Départ de Fort De France en bateau La Montagne Pelée, Martinique La côte de l'île de la Dominique Dans le bus vers Scotts Head Baie de Scotts Head Plage de Scotts Head Roger's Bar ! La péninsule de Scotts Head 

 

29 janvier 2012 – De Scotts Head à Bellevue Chopin

20,9 km, +1650 m, -1170 m

Le profil de l'étape

La trace de l'étape sur Google Earth

Départ à 7h20. Nous croisons les habitants du village qui vont à la messe. Le chemin commence par une montée très raide dans une rue goudronnée et se transforme en sentier, toujours aussi raide ! Nous arrivons au Plateau Crabier. Nous avons une belle vue de la péninsule de Scotts Head. Nous croisons un fermier rasta qui vie dans une cahute avec ses vaches et ses poules. Le sentier, toujours aussi raide, redescend jusqu’à Soufrière Sulphur Spring. Nous piquons une tête dans les sources chaudes. C’est bien agréable et rafraîchissant … surtout quand on en sort !

Nous repartons en commençant le segment 2. Ca monte, puis ça redescend vers Picodeau que l’on traverse. Village typique très sympa. Les gens commencent ici à être très agréables. « Hey man ! » « OK man ! » « Yey man ! » en levant la main … ou juste un doigt, faut pas trop se fatiguer quand même !!!

Nous regagnons Bellevue Chopin essentiellement par la route (enfin les routes dominicaines sont loin d’être des nationales !). Cela reste agréable. Par contre, elles sont extrêmement raides. Elles tirent tout droit dans la pente ! 25, 30 %, ça ne m’étonnerait pas.

A Bellevue Chopin, le challenge est de trouver les guest houses indiquées par l’OT et sensées être sur le trail. Rien n’est indiqué. Nous demandons. Les rastas nous renseignent, mais il faut bien donner le nom des propriétaires (Guest House, Home stay, Hostel, ils ne connaissent pas …). Nous arrivons chez Beverly et Dave Baron vers 16h00. Bonbons et jus local de pamplemousse en guise d’accueil. Nous réglons la nuit et le diner, et là, on se dit que, pour un pays en « voie de développement » et « tout nouveau dans le tourisme », ils n’y vont pas avec le dos de la cuillère (310 EC$ = 115US$ = 88 euros !!!). 

La péninsule de Scotts Head  Soufrière Sulphur Springs   Soufrière  Bananeraie   Petit bar à Picodeau Vue sur Bellevue Chopin de notre Guest House  

 

30 janvier 2012 – De Bellevue Chopin à Boiling Lake (Abris)

18,9 km, +1440 m, -1070 m

Le profil de l'étape

La trace de l'étape sur Google Earth

Ce matin, il pleut ! Et pas qu’un peu. Genre pluie tropicale … normal remarquez … enfin pas trop pour la saison quand même ! Bon, quand faut y aller, faut y aller. Nous repartons finalement avec un pique-nique préparé par nos hôtes.

La pluie s’est arrêtée. Le sentier chemine à travers la forêt tropicale. Nous avons un aperçu de ce que vont être les prochains jours. Humidité, pluie intermittente, BOUE !

Soudain, nous rencontrons un couple de marseillais, abrité dans un renfoncement, genre petite grotte. Ils ont passé la nuit là et se sont bien caillés ! Eux aussi pensaient qu'il ferait chaud la nuit et beau ...
Nous sommes juste avant Giraudel. En passant au village, nous achetons 2 boites de sardines, des crackers et des bananes … on ne sait jamais, apparemment, les possibilités de ravito ne vont pas courir les rues sur ce trail !!!

Le chemin, d’abord sur une route, se transforme en sentier, et descend très raide … puis remonte, encore plus raide ! Nous mettons les mains pour grimper. Nous arrivons alors à Morne Prosper où nous avons une petite vue sur la vallée que nous venons de traverser.

Nous atteignons ensuite une fourche : à gauche, Wotten Waven et ses sources chaudes et sa guest house, à droite, la montée vers Boiling lake (2ième plus grand lac bouillonnant au monde), un des hauts lieux touristiques de l’île. Hésitations. Hésitations. PLUIE TROPICALE. Hésitations. Va pour Boiling lake. Nous sommes autonomes (bouffe et hamac + tarp). Cela signifie que nous aurons à bivouaquer près du lac, enfin quelque part … C’est parti pour une montée de folie, à travers la forêt, en suivant les marques jaunes et bleues. Nous mettons les mains pour grimper. Nous sommes souvent dans la boue ... et dans le brouillard. Au sommet du chemin (16h00), nous apercevons un abri ! OUF ! Il est évident que l’on va bivouaquer ici. 900 m d’altitude environ. Il y a du vent mais l’abri est assez … abrité. Enfin l’abri … le toit sur la dalle de béton. Il y a quand même une table de pique nique. Nous installons les hamacs, sous l’abri, sans les tarps donc. Dîner 18h00. Dodo 19h30 … à 21h00 (même avant), on comprend que la nuit va être longue. 21h15, direction le dessous de la table de pique nique. ON SE CAILLE dans les hamacs !!! 15°C avec du vent. Elodie a bien un drap polaire pris in extremis et moi, un collant sans pied et un drap de soie, mais ça ne suffit pas. CA CAILLE par le dos surtout ! Avec des planches en bois, je bricole un abri sous la table. Les hamacs feront office de matelas … on se met en vrac. C’est en forgeant que l’on devient forgeron, la prochaine fois, même aux caraïbes, nous n’écouterons pas la météo, et ça sera tente, prolite et Q600 ! Ah Ah Ah ! Nous sommes quand même malades d’avoir bifurqué à droite … 

Chez Beverly et Dave à Bellevue Chopin     Ca grimpe dure ! Ca grimpe dure ! Desolation Valley dans les nuages Bivouac près de Boiling Lake (Abris) 

 

31 janvier 2012 – De Boiling Lake (Abris) à Pont Cassé

14,5 km, +960 m, -1220 m

Le profil de l'étape

La trace de l'étape sur Google Earth

Il a plu une bonne partie de la nuit et le vent n’a pas faibli. Aux premières lueurs du jour, je me lève pour faire chauffer le petit dej’. Les alentours sont dans les nuages, c’est la purée de poix. Je tends à Elodie, restée sous la table, le bol de chocolat chaud et l’avoine.

Nous remballons tout et nous décidons de descendre directement sans passer par la case « Boiling Lake » et « Desolation vallée ». C’est à environ une heure de marche aller mais avec ce temps, nous ne verrions rien de toute façon. Lors de la descente, une grosse pluie tropicale s’abat sur nous. Ensuite, dans la vallée, il fait meilleur et la pluie s’arrête. Nous croisons même deux groupes de deux touristes qui montent. Le chemin de ce côté-ci est quand même nettement plus facile ! Nous arrivons à Titou Gorge où nous rencontrons aussi un groupe de touristes américains en excursion en provenance du bateau de croisière du jour amarré à Roseau. Ils nagent dans la gorge très étroite avec un guide. Ils nous expliquent qu’une scène du film « Pirates des caraïbes » a été jouée ici.

Nous suivons ensuite une route goudronnée qui passe au dessus de Laudat. C’est là où nous retrouvons la deuxième branche du trail qui partait à gauche hier quand nous avons pris à droite ! En haut de la montée, un Ranger guète les touristes dans son 4x4 : « Ticket please ! » WHAT ? « Ticket please ! ». Bon d’accord, nous le savions. Il faut acheter un pass à la journée ou à la semaine pour pouvoir passer par les parcs nationaux et lieux touristiques de l’île … mais c’est la première fois que nous rencontrons les forces de l’ordre. Il nous demande d’aller acheter ce pass dans une cahute qui se trouve … au pied de la montée (très raide) que l’on vient de se taper ! C’est sûr, ça aurait été bête de poster le ranger près de la cahute ou de mettre la cahute près du ranger ou mieux de faire vendre les pass par le ranger. Bref, nous regagnons la cahute qui accessoirement fait du poulet grillé. Nous n’aurons pas tout perdu ! Au retour, nous sommes fiers de brandir notre pass tout neuf !

La route, sinueuse redescend pour arriver au Trail Head de Middleham Fall. Nous faisons le petit détour (aller-retour) pour voir cette grande chute d’eau. De retour sur le trail, c’est reparti pour la "deep rain forest" ! A la fin de la journée, les pentes sont tellement raides et glissante à cause de l'humidité que des cordes fixes ont été installées pour faciliter la progression. Bel aménagement, bravo !

Nous savons qu’il n’y a pas de logement à Pont Cassé (carrefour routier). Nous nous arrêtons donc un peu avant pour bivouaquer sous une pergola. Il s’agit d’abris disséminés un peu partout le long du trail et installés par le Project Management Unit of the WNT à l’aide de fonds européens. Il y a aussi une table de pique nique. Cette fois, nous ne montons même pas les hamacs. Nous nous servons des tarps et de la table pour faire un abri le plus hermétique aux courants d’air possible ! Ca marche plutôt bien. Nous nous réfugions sous la table.

La nuit tombée, nous admirons de petits insectes luminescents voltiger autour de la pergola. A la nuit noire, le bruit des insectes, oiseaux et animaux au milieu de la forêt est impressionnant ! Bien sûr, il pleut toute la nuit, comme d'hab ! 

Ptit Dej' au bivouac près de Boiling Lake (Abris)  Vers Middleham Fall  Middleham Fall Post Descente raide ! Bivouac sous la table ! La pergola

 

01 février 2012 – De Pont Cassé à Castle Bruce

16,5 km, +400 m, -910 m

Le profil de l'étape

La trace de l'étape sur Google Earth

Nous sommes réveillés à 7h00 par le jour. Oui oui, j’ai bien dit « réveillés ». C’est que l’on a un peu dormi cette nuit ! Notre installation était finalement pas mal. Seul le sol était un peu dur et l’espace sous la table un peu étroit. Mais bon, les matelas et la tente sont si bien dans notre 30 m2 à Lyon, au sec !

Steph prépare le petit dej’ dehors alors qu’il pleut toujours. Quand la pluie redouble, il a l’impression d’être dans un brumisateur. En effet, il est tout de même abrité par la pergola mais une pergola reste une pergola, surtout sous la pluie tropicale ! Enfin nous n’allons tout de même pas risquer de mettre le feu aux bâches avec le réchaud, on ne sait jamais, elles pourraient resservir … quoique !

Petit dèj’ avalé, nous attendons un peu que ça se calme. On remballe tout et nous repartons … sous la pluie. Nous arrivons vite à Pont Cassé et prenons une route goudronnée. Une voiture s’arrête. C’est le Ranger d’hier ! Il nous dit simplement bonjour, sympa. Il va à Emerald Pool, comme nous, mais lui, il est en voiture. Tout de suite après, nous reprenons un sentier. Et là, c’est le déluge. Nous appliquons alors la technique du dos rond. Ca mouille le sur-sac et la tête mais ça tient plutôt au sec les jambes et le torse. Pas mal. Arrivés à une ferme, c’est à nouveau une averse tropicale. Là, nous nous abritons à côté de l’enclos à cochons, près d’une truie et de ses petits. Hum hum !

Nous atteignons Emerald Pool. Et il faut faire la queue pour l'approcher ! Il doit y avoir un bateau de croisière dans le port de Roseau, c’est sûr ! Nous prenons un petit bain et quelques photos ; le site est beau, belle chute d’eau dans une piscine naturelle turquoise. Nous faisons ensuite un arrêt au resto du site pour le traditionnel "chicken lunch" et tartelettes à la noix de coco.

L’après midi se déroule dans la forêt. Mais plus nous nous rapprochons de la côte et de Castle Bruce, plus il fait beau et plus le chemin est dégagé ... et plat. Nous passons sur les terres d’un rasta que le WNT a dû bien indemniser (supposition) car le trail est nickel, bordé de palmiers et de plantes, on se croirait dans un jardin botanique « Wheel chair accessible » ! Les derniers kms se font dans une grande vallée plate au milieu d’un bananeraie gigantesque.

En fait, nous avons vite compris que généralement, le temps est pluvieux et humide au centre de l’île (les nuages restent accrochés au relief) et ensoleillé et (relativement) plus sec sur les côtes. Cela nous promet une belle journée demain. Le segment 6 suit en effet la côté jusqu’à Hatten Garden. En attendant, nous logeons dans un hôtel (!) tout neuf (et pas fini) posé au milieu d’une baie magnifique bordée de cocotiers. On se dit alors que le propriétaire a eu le nez creux … à condition que le tourisme se développe sur cette île ! … et qu’il fasse beau de temps en temps... Ah Ah Ah ! 

Rain forest Après une averse tropicale ... Emerald Pool Emerald Pool outlet Lunch au resto d'Emerald Pool     Bananeraie Diner du See & Breeze Inn Dessert du See & Breeze Inn 

 

02 février 2012 – De Castle Bruce à Hatten Garden

22,5 km, +1070 m, -970 m

Le profil de l'étape

La trace de l'étape sur Google Earth

Nous partons du Sea & Breeze Inn en passant pas un magasin (un vrai, la communauté de Castle Bruce est assez importante). Nous achetons sardines, crackers et bonbons pour le lunch. Pendant cette journée, nous longerons la côte, en alternant routes et sentiers, montées et descentes, sans cesse. Lorsque l’on quitte la route, nous plongeons généralement par un sentier vers la mer et une rivière et remontons ensuite vers l’asphalte.

Nous pique-niquons au Carib Village, reconstitution pour touristes d’un village de caribéens (nous sommes au cœur de la communauté caribéenne de l’île et de toutes les îles des caraïbes apparemment). Deux « Lime Kubuli Shandy » chacun pour se réhydrater, ça ne fait pas de mal !

Puis, nous cherchons un peu notre chemin : lors d’une énième remontée vers la route, nous prenons à droite comme d’habitude, alors qu’il fallait prendre à gauche. Je n’avais pas pu calibrer correctement mes cartes sur mon GPS à cet endroit de l’île donc, nous nous en rendons compte uniquement à l’absence de marquage. Nous demandons aux locaux le chemin. Nous revenons en arrière … Initialement, il avait été prévu que le trail passe par la côte (c’est pourquoi il y avait une marque à droite), mais au final, le trail définitif passe par la forêt.

Nous y montons donc par un sentier. Nous redescendons par une bananeraie et nous nous trompons encore de chemin … plus de marque ! Un fermier rasta nous ramène gentillement sur le chemin, en nous accompagnant.

Nous arrivons à Hatten Garden, Paga bay mais en fait, il n’y a pas de village ! Normalement, il y a deux possibilités de logement, un hotel dit « luxueux » (fermé) et des bungalows (morts de chez morts). C’est un peu la zone. Nous demandons aux rastas du coin. Et apparemment, il y a un hôtel à quelques kms à l’intérieur des terres. Nous arrêtons une des rares voitures (on ne lui laisse en fait pas vraiment le choix) pour nous rendre à l’Hibiscus Hotel. La route est en travaux. C’est bien défoncé. A notre arrivée, nous sommes dirigés vers des bungalows assez sympas. Nous l’avons bien mérité. Baignade dans la rivière, internet, dominos et bon repas en compagnie d'un couple de touristes hollandais.

Le See & Breeze Inn ! St David Bay, Castle Bruce    Ecole sur le chemin This is Kubuli Country ! Découverte de La Dominique par Christophe Colomb le 3 novembre 1493 Double Lime Kubuli Shandy !!!   Bouché à l'intérieur de l'île 

 

03 février 2012 – De Hatten Garden à Brandy Manor

Transfer bus : 39,1 km, +930 m, -840 m

Le profil de l'étape

La trace de l'étape sur Google Earth

Nous sommes sur la côte est de la Dominique et les 5 prochains segments repartent plein ouest à l'intérieur des terres avant de se diriger vers le nord. Nous décidons de sauter ces étapes et de reprendre le chemin demain au village de Bournes à la fin du segment 11. Nous avons déjà bien profité de la "rainforest", de la pluie, du brouillard, de la boue, de la pluie, de la forêt et de la pluie (encore) ... donc  nous préférons découvrir un peu plus la côte ensoleillée ...  Eh oui ! On en a marre de marcher dans la forêt humide et on préfère boire des bières les pieds dans l'eau !
Ce sera donc transfert en van jusqu'au village de Bornes avec un arrêt à Calibishie.

Nous rejoignons à pied la route principale de la côte et faisons du stop pour rallier le grand village de Marigot où nous prenons le bus pour Calibishie. Nous demandons au chauffeur de nous arrêter à une plage avec un resto … enfin s’il y en a ! Et là, miracle, on atterrit dans un petit boui boui très sympa avec accès à la mer. Les cocotiers sont au rendez vous. Déjeuner sur la terrasse et "Lime Kubuli Shandy » à gogo !!!

Nous repartons en milieu d’après midi pour Bornes, le début du Segment 12. Nous souhaitons être sur place ce soir pour repartir sur le trail dès le lendemain matin. Normalement, il y a des guest houses dans le village. GROSSE ERREUR ! C’est la galère. Nous mettrons 3 heures à trouver notre logement (Apparemment, nous ne voulions vraiment pas bivouaquer de nouveau … eh eh eh). D’abord, nous demandons M. New Augustine dont le nom figure sur la liste de l’OT. Il est sympa mais pas du tout prêt à nous accueillir. C’est avec lui que nous passerons les 3 prochaines heures à chercher un endroit où dormir... Nous faisons le tour du village sans succès. Finalement c'est Yasmine, une anglaise propriétaire du Brandy Manor qui nous accueillera. Elle est en route avec son mari (elle remonte de la côte) et va nous prendre sur la route en passant !

Ils arrivent. Le pick up est chargé à ras bord de foin. Nos sacs et le mari de Yasmine, Lincoln, feront le voyage sur le foin à l’arrière. Nous montons au côté de Yasmine. C’est parti … c’est assez loin en fait ! Après des routes défoncées en descentes, nous arrivons à leur ranch devant lequel passe le WNT (segment 11). Il faudra faire un peu plus de marche que prévu demain ! Mais ça ne fait rien, l’endroit est chouette. Après quelques difficultés pour mettre en route le générateur pour l’électricité, Yasmine improvise un bon dîner et nous partons nous coucher dans un bon lit ! Et avec la pluie dehors (nous sommes revenus un peu dans les terres), ce n’est pas plus mal ce soir ! 

 Lunch à Calibishie Arrivée au Brandy Manor ! Diner au Brandy Manor !

 

04 février 2012 – De Brandy Manor à Grand Fond

21,7 km, +1400m, -1200 m

Le profil de l'étape

La trace de l'étape sur Google Earth

Nous partons après le petit déjeuner préparé par Yasmine. Nous avons donc à finir le Segment 11 avant d’atteindre le Segment 12. Dans ce fond de vallée, le chemin est boueux et la pluie de cette nuit n’a rien arrangé. Au passage d’un gué, nous nous apercevons d’une erreur de signalisation sur le trail. Le GPS nous remet vite sur la bonne route. Nous remontons vers le petit village de Bornes. Au sommet, nous avons une jolie vue de la côte Nord-Est de l’île. Nous redescendons vers Vieille Case à travers la forêt et des bananeraies. Quelle chaleur ! Nous n’avons jamais autant transpiré en marchant !

A l’entrée de Vieille Case, un gamin nous offre des noix de coco au bord du chemin. Il nous les coupe à la machette. Elles sont encore vertes, elles contiennent donc beaucoup de jus mais peu de pulpe.

La route vers Penville est conforme aux routes dominicaines, raide et sinueuse. Après avoir bien transpiré sous le soleil, nous faisons une halte dans un "bistrot" pour un rafraîchissement bien mérité : une Lime Kubuli Shandy. Quelques petites parties de dominos plus tard, nous sommes de retour sur le WNT. Nous atteignons la fin du Segment 12 et quittons la route pour un chemin le long de la côte.

Nous nous engageons donc sur le Segment 13 qui longe toute la côte Nord vers 15h00. Il va falloir bivouaquer au milieu car il n’y a rien jusqu’à Capuchin, sur la côte Ouest. Ca part mal, nous sommes devant une fourche à trois branches sans marque. Dans ces cas là, chacun en prend une et revient pour dire à l’autre s’il a vu les fameuses signalisations jaunes et bleues. Les trois chemins sont trop proches les uns des autres pour que le GPS nous renseigne à cet endroit (Pour info, il faut prendre à gauche !). Le chemin est bien entretenu. Il dévoile des vues sur la côte nord extrêmement sauvage et escarpée. Nous apercevons aussi nettement la Guadeloupe et Marie Galante au nord. A 15h30, nous atteignons une rivière et un renfoncement bien abrité du vent … mais il est trop tôt pour monter le bivouac. Nous prenons simplement de l’eau pour la soirée et le petit dej’ du lendemain. A 16h15, nous arrivons aux ruines d’un ancien village d’indiens caribéens (« Grand Fond ») qui, selon un panneau, datait au moins de 1765 ! Un peu plus loin, la forêt est moins dense, et on se dit que s’il y avait un village avant, l’endroit ne doit pas être mal pour bivouaquer. Après avoir préparé le terrain, nous installons les hamacs, les faitières et les tarps. Je nous fabrique un petit banc et un tapis de feuille pour se sentir comme à la maison. Nous commençons à dîner et au dessert, grosse averse tropicale. Nous nous réfugions sous les tarps. A 20h, dodo. Jusqu’à minuit, nous sommes bien. La forêt fait un boucan d’enfer mais on s’habitue. Ensuite, la fraîcheur refait son apparition. 

Yasmine et Lincoln du Brandy Manor    Direction Vieille Case Opération Noix de coco ! Vieille Case Down Town   La Guadeloupe au Nord Bivouac en hamac Bivouac en hamac 

 

05 février 2012 – De Grand Fond à Portsmouth

15,4 km, +440m, -360 m

Le profil de l'étape

La trace de l'étape sur Google Earth

Nous prenons notre petit dej’ dans l’humidité restante de la nuit. Dans les hamacs, nous étions au sec et je ne suis pas mécontent de mes tarps faits maison. Le chemin reprend, agréable, le long de la côte sauvage. Nous surplombons la mer (limite entre mer des Caraïbes et Océan Atlantique). A Capuchin, nous arrivons sur la côte ouest et redescendons au sud vers Porthmouth. Nous sommes maintenant au niveau de la mer et marchons entre une falaise et l’eau sur de gros galets et rochers. Au large, des voiliers naviguent vers la Guadeloupe et Marie Galante. Nous rejoignons ensuite une route qui nous fait passer par deux baies bordées de plages de sable fin. A la deuxième, nous nous baignons et pique-niquons sous les cocotiers (semoule, chocolat chaud, avoine : la fin de nos provisions françaises). Une famille dominicaine dans un petit van s’arrête pour profiter de la plage et nous apprend, qu’aujourd’hui, c’est jour de carnaval à Porthmouth, la deuxième ville de l’île, notre point d’arrivée. La fin du trail se fait dans la mangrove pour arriver au Fort Cabrits. Nous y prenons un dernier « Lime Kubuli Shandy » !

A Portsmouth, il faut maintenant rallier Roseau. Nous sommes dimanche et c’est Carnaval ! Apparemment il n’y a pas de bus … ou en tout cas, ils vont tous dans le sens : Roseau – Porthmouth pour emmener les fêtards. Une personne nous dépose gentillement sur la route où nous ne devrions pas avoir de mal à trouver une voiture pour Roseau … Finalement, après quelques miutes d'attente au soleil, un petit van-bus s’arrête et nous prend. A Roseau, c’est complètement mort : personne dans les rues, tous les magasins et restos sont fermés ... Nous trouvons un hôtel avec une belle vue sur la mer. Le soir, nous dînons au bar devant la final du Super Bowl ! 

Ptit dej'   Baie de Tanetane Epave dans le port de Porthmouth Couché de soleil sur Roseau Le Fort Younth Hotel 

 

06 et 07 février 2012 – Roseau et Watten Waven ... !

0 km,  + 0 m, - 0 m  ;-)

No comment

  Roseau 

 Les Sources chaudes de Watten Waven Les Sources chaudes de Watten Waven   Les Sources chaudes de Watten Waven

 

 

 

 

 

Navigation dans les a pied : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16